Un tableau contrasté: chiffres économiques encourageants, poursuite de la progression du coronavirus

La bourse a poursuivi son redressement ces dernières semaines, malgré la hausse du nombre de nouvelles contaminations au Covid-19 aux États-Unis. La cause de cet optimisme parmi les investisseurs est à rechercher dans les données macro-économiques qui ont dépassé les attentes et les mesures de soutien des banques centrales. Les actions des banques centrales et des autorités publiques ont insufflé la confiance nécessaire aux acteurs économiques pour permettre un redressement de l’activité économique. À court terme, ceci est indubitablement positif, même s’il est trop tôt pour parler d’une reprise structurelle. Les effets à long terme restent incertains, tandis que le nombre de nouveaux cas d’infections augmente rapidement. Pour cette raison, nous restons légèrement plus prudents dans notre positionnement en actions.

Les der­niers chiffres macro-​économiques créent des at­tentes po­si­tives

Ces dernières semaines ont délivré de bonnes nouvelles sur le front économique :

  • La consommation et la confiance des consommateurs aux États-Unis ont dépassé les attentes.
  • Les indicateurs de confiance économiques tels que les indices ISM montrent que les secteurs de l’industrie et des services américains se redressent fortement. On s’attend cependant à ce que l’activité économique reste encore longtemps sous le niveau d’avant la pandémie.
  • Les chiffres américains du taux de chômage ont surpris positivement pour le second mois d’affilée.
  • En Chine également, de très bons indicateurs de confiance ont été publiés pour le secteur des services. Ces chiffres sont considérés comme des signes précurseurs pour le reste du monde, la Chine ayant été atteinte quelques mois plus tôt par la pandémie.
  •  L’indice « Baltic Dry », qui mesure le prix de revient du transport de fret, et est donc considéré comme un baromètre de la santé de l’économie mondiale, pointe vers une activité économique en hausse.

Ces nouvelles insufflent un sentiment positif sur les marchés financiers. Il est cependant crucial que ces chiffres s’inscrivent dans la durée. Les mesures de soutien ne peuvent pas se maintenir éternellement, même si à l’heure actuelle il n’est aucunement question de les réduire : on s’attend par exemple à ce que les autorités américaines prolongent les mesures fiscales qui protègent le pouvoir d’achat de la population. En cas de reprise économique solide, les autorités publiques et monétaires devront cependant prudemment fermer le robinet des aides financières. En conséquence, les chiffres économiques ne doivent pas être interprétés de manière univoque, même s’ils constituent une bonne nouvelle à court terme.

Les mesures se soutien prouvent leur utilité et ont un impact positif sur l’économie réelle. Mais malgré cette tendance favorable, beaucoup d’entreprises envisageront des restructurations dans les mois à venir. Cela pourrait entraver cette tendance positive de court terme. C’est pour cette raison que nous interprétons de manière prudente ces données économiques. Nous sommes, de plus, encore loin des niveaux d’activité d’avant l’apparition de la pandémie de Covid-19.

Forte aug­men­ta­tion du nombre de nou­velles in­fec­tions au Covid-​19

La bataille contre le coronavirus n’est pas encore gagnée. Aux États-Unis, le nombre de nouveaux cas journaliers augmente de nouveau de manière spectaculaire. On ne doit pas en chercher l’explication très loin : d’une part l’instauration de mesures strictes s’est fait attendre, et d’autre part l’Amérique a choisi de rouvrir son économie le plus rapidement possible. Avec le recul, on peut conclure qu’on a certainement agi avec trop de précipitation, et en conséquence les États-Unis ne se sont jamais remis de la première vague de contaminations. Certains états se voient contraints de retourner en confinement ou de fermer bars et restaurants. L’administration Trump a clairement longtemps sous-estimé la situation. Cette évolution défavorable constitue un coup de massue pour la popularité de Donald Trump. 

En Europe, le nombre de nouvelles infections a atteint un niveau très bas. Mais malgré ce nivau bas, nous observons dans certains pays une légère reprise du nombre des infections. En Espagne, une région de Catalogne a de nouveau été placée en confinement. Dans la majorité des pays européens, le nombre de nouvelles contaminations se maintient à un niveau faible mais stable. Ceci est loin d’être dramatique tant que la tendance que nous avons connue lors de la première vague d’infections ne se répète pas. Cette possibilité n’est cependant pas à exclure tant que le virus peut se répandre sans entrave ailleurs dans le monde. La libre circulation des personnes en restera perturbée encore longtemps.

 

Quelles opé­ra­tions avons-​nous ef­fec­tuées dans nos fonds es­sen­tiels ?

L’interprétation des derniers chiffres économiques en combinaison avec les nouvelles concernant le Covid-19 provoque des mouvements tant haussiers que baissiers. Au vu de la volatilité toujours élevée, nous optons aujourd’hui pour un maintien de notre stratégie et conservons une attitude légèrement plus prudente au niveau des actions. L’impact économique de la pandémie ainsi que le nombre croissant de nouvelles infections nous rendent plus prudents, mais les chiffres favorables récemment publiés en combinaison avec les mesures de soutien impressionnantes prises par les autorités publiques et monétaires font en sorte que nous ne sommes que légèrement plus prudents au niveau des actions.

Au sein des actions, nous restons focalisés sur nos thèmes de long terme : le vieilissement, la robotique, les technologies propres, le « lifestyle », la Fintech. Nous restons prudents sur les actions les plus cycliques, même si nous voyons ça et là des opportunités apparaitre. 

Au sein de la partie obligataire, de nouvelles positions ont été initiées en obligations d’entreprises de haute qualité américaines et européennes. Par ailleurs, la position en obligations d’État allemandes a été encore allégée. Cette position servait d’amortisseur durant les périodes de stress et a parfaitement rempli son rôle. À la suite de l’amélioration de l’environnement macro-économique en combinaison avec l’augmentation du taux d’endettement en Allemagne, nous avons opté pour une réduction partielle de cette pondération. Entre-temps les obligations d’État italiennes et espagnoles ont été relevées. Ces obligations offrent encore un rendement intéressant et le risque de défaut s’est fortement réduit grâce aux mesures de soutien de l’Europe, notamment la constitution du fonds d’aide qui apporte un soutien financier aux pays les plus touchés.

La couverture du dollar, qui nous protège d’un affaiblissement de la monnaie américaine, a été partiellement réduite après que cette baisse attendue se soit effectivement concrétisée. Pour le moment 22,5 % de la position totale en dollar est toujours couverte.

Conclu­sion

Les données économiques nous donnent un signal favorable et prouvent que les nombreuses mesures de soutien produisent leurs effets. Le marché balance actuellement entre ces signaux prometteurs d’une part, et d’autre part, la crainte d’une accélération de la propagation du virus. En particulier dans ces temps incertains, il est important de rester en toutes circonstances suffisamment investi. La semaine prochaine marque le début de la saison des résultats, et il est essentiel qu’ils confirment la tendance haussière. La période qui s’annonce risque en conséquence d’être volatile. Nous maintenons notre stratégie centrée sur les investissements thématiques, et nous restons positionnés de manière un peu plus prudente au vu des incertitudes et des niveaux de volatilité encore élevés, même si nous restons encore suffisamment investis dans le marché au travers de nos thèmes et accents spécifiques.

Notre attention toute entière reste portée sur la gestion attentive et professionnelle des avoirs de nos clients. Jour après jour, en toutes circonstances, et en particulier dans l’environnement exceptionnel dans lequel nous vivons actuellement.