Stefan Duchateau tient son blog

Stefan Duchateau

Stefan Duchateau est conseiller du Groupe Argenta.

Il enseigne e.a. la gestion de portefeuille, l’ingénérie financière et la gestion des risques financiers à la HUB (Bruxelles), la sélection de titres, la gestion de portefeuille et la théorie des investissements à la KU Leuven et les produits financiers dérivés à l’UHasselt. Chez Argenta, il se concentre notamment sur la gestion financière et des risques, la politique stratégique et le développement du pilier investissements du groupe de bancassurance. Ceci implique entre autres le développement de produits d’investissement et la gestion de fonds d’investissement.

Le Prof. Dr. S. Duchateau est ingénieur commercial et docteur en sciences économiques appliquées.

  • Trop, c'est trop.

    Bien avant la célèbre maxime du commentateur sportif Gary Lineker selon laquelle le résultat de chaque compétition internationale de football est déterminé à l’avance, car à la fin, ce sont les Allemands qui gagnent, la Chine avait déjà un proverbe beaucoup plus précis que la prédiction de l’ancien avant-centre. Quant à la victoire finale, il n’y a en effet aucun doute : la Chine gagne toujours, même si cela doit durer 1 000 ans…

    Lire plus

  • Le hasard n’existe pas

    Les marchés financiers ont réagi négativement après le premier abaissement du taux directeur américain depuis 10 ans. Non pas parce que la réduction s’est limitée à 25 points de base et ne s’est donc pas élevée à un demi pour cent comme le président américain le réclamait explicitement pour d’obscures raisons. En effet, aucun élément n’aurait pu justifier une telle baisse au vu de l’évolution toujours soutenue de l’économie américaine, de la confiance élevée des consommateurs et du taux de chômage qui flirte avec ses planchers historiques. La diminution d’un quart de pour cent, comme la Fed l’a décidée mercredi, aurait d’ailleurs pu satisfaire les marchés. Mais les commentaires confus du président de la banque centrale américaine durant la conférence de presse qui suit traditionnellement une réunion du FOMC ont semé le doute sur la future politique des taux de la Fed. Jerome Powell voit la récente réduction du taux directeur comme une adaptation intervenant au milieu du cycle économ

    Lire plus

  • Zero Bond Perpetual

    Nous vous parlons d’un temps où le respect des traditions n’était pas un vain mot. Chaque lancement d’une nouvelle tranche de la dette publique belge était l’occasion pour le Trésor d’organiser un déjeuner copieux auquel tous les banquiers répondaient présents. Ces agapes n’étaient pas sans nous rappeler le passé bourguignon de ces contrées. Nous nous situons au milieu de l’an de grâce 1983. À l’époque, l’État belge impécunieux se sent particulièrement redevable à l’égard du secteur financier qui renfloue ses caisses quasi en permanence en absorbant ses nouvelles émissions de titres de la dette publique, soit en y souscrivant, soit en replaçant ces obligations à haut rendement à travers les réseaux de distribution bancaire.

    Lire plus

  • Cowboys et actions

    Méfiez-vous des historiens. La version des faits qu’ils vous présentent est généralement celle qui s’accorde le mieux avec leur parti-pris. Ils hésitent d’ailleurs rarement à ne pas la truffer de mythes, de caricatures et d’une figure ennemie pour renforcer leur thèse. En soi, ce travestissement n’est souvent pas bien grave. La fiction est plus amusante que la réalité. Mais cela devient dangereux lorsqu’on détermine sa stratégie actuelle sur la base de faits tronqués.

    Lire plus

  • Just a perfect day

    La matinée n’annonçait pourtant rien de réjouissant. Ce 18 juin, le soleil s’était levé comme d’habitude derrière une couverture nuageuse. Comme pour nous prévenir de ne nourrir aucune illusion sur la suite de la journée. Les embouteillages avaient déjà commencé avant 6 h, comme tous les mardis, jour où les camions est-européens arrivent dans la Campine anversoise après leur dimanche de repos obligatoire à la frontière germano-polonaise.

    Lire plus

  • Les taux d’intérêt peuvent-ils encore tomber plus bas ?

    Après la suspension provisoire (et cela pour une durée indéterminée) des sanctions commerciales américaines contre le Mexique, les marchés d’actions ont choisi de reprendre leur marche en avant. Ce qui prouve une nouvelle fois que l’évolution des Bourses ne suit pas de manière linéaire les perspectives économiques, lesquelles sont relativement faibles actuellement. Tant que les taux d’intérêt à long et/ou à court terme peuvent encore baisser, les marchés d’actions absorberont une partie substantielle de la dégradation de la situation économique et réussiront même à pousser les cours à la hausse. Les Bourses doivent cette résilience à l’action spécifique des primes de risque et des taux d’intérêt qui neutralise en grande partie l’incidence négative du ralentissement de la croissance économique

    Lire plus